Ecolo Rixensart

La locale Ecolo de Rixensart

17 mai 2019
de EcoMaster
0 Commentaires

Demande de permis intégré Lidl Belgium – Analyse

Source: Avis d’enquête (LIDL RIXENSART – simulations 3D.pdf)

LIDL BELGIUM GmbH & Co. KG a soumis une demande de permis de construction d’un ensemble commercial de 2.109 m² nets composé d’une animalerie (779 m² nets), d’un magasin LIDL (1.330 m² nets), de 6 logements et d’un parking (projet de catégorie C) sur un terrain sis rue Colonel Montegnie à 1332 Rixensart, paraissant cadastré 2e division section C parcelle 272.

Les détails du dossier sont téléchargeables en suivant ce lien : Dossier PI LIDL rue Montegnie.

Un avis d’enquête publique a été diffusé et l’enquête est ouverte du 13 au 27 mai prochain.

Nous accordons la plus grande vigilance à ce projet d’aménagement d’une grande surface et de ses infrastructures adjacentes en bordure de Rixensart, qui pourrait porter préjudice à notre biodiversité ainsi qu’au développement du commerce local.

Pour connaître tous les éléments de ce projet, tant sur le plan environnemental que sur la nature précise de chacune des exploitations commerciales visées et de ses enjeux, nous avons dès lors consulté plus en détail ce projet, dans le cadre de l’enquête publique.

Après analyse, ce projet ne nous paraît pas acceptable pour les raisons suivantes :

  1. Il n’est pas conforme au Schéma de développement communal (SDC) de Rixensart car situé en dehors de la zone d’activité économique de la Mazerine. Il se situe en revanche en zone de « quartier résidentiel » où la priorité doit être donnée à la résidence et où d’autres fonctions, telles le commerce, ne peuvent y être tolérées qu’à la condition que leur importance soit « très limitée », ce qui n’est manifestement pas le cas ici. Accepter une telle implantation à cet endroit constituerait une entorse injustifiée à notre Schéma de développement communal.
  2. Il n’est pas conforme aux recommandations du Guide communal d’urbanisme de Rixensart (ci-après « GCU ») pour la sous-aire 1/41. Celles-ci indiquent, comme option fondamentale pour cette sous-aire, d’en « renforcer le caractère résidentiel et ouvert ». En implantant deux bâtiments commerciaux de plus 4000 m² au sol, doublés de voiries et de 140 places de parking, sur une parcelle de 9.200 m², le caractère résidentiel n’est manifestement pas respecté. L’ajout de 6 logements ne permet aucunement de contrebalancer cette difficulté et dès lors de répondre à ce caractère résidentiel.
  3. Le taux d’occupation de la parcelle est également problématique : pour des parcelles de plus de 300 m², le GCU recommande de ne pas dépasser 30%. Or, on dépasse ici largement ce maximum.
  4. Avec un tel taux d’occupation, il convient de parler d’une artificialisation considérable d’une parcelle à ce jour non-construite. Ce développement extensif du bâti s’oppose à l’objectif de réduction et de préservation des espaces non-bâtis figurant dans le projet de Schéma de développement régional, ainsi que dans la déclaration de politique communale.
  5. De plus, il s’agit d’une parcelle en zone inondable (aléa faible) qui joue actuellement un rôle d’absorption lors de fortes précipitations. Ce rôle préventif d’inondation (souligné par l’étude hydrographique) va incontestablement être perturbé par le projet, malgré toutes les mesures « réparatrices » prévues (les trop-pleins des bassins d’orages et noues prévues seront déversés soit dans les égouts publics, soit dans la Mazerine). Nous remarquons que l’étude hydrographique jointe au dossier considère elle-même ses conclusions comme « approximatives »…
  6. La parcelle comporte actuellement 226 arbres et une zone marécageuse propice à la présence d’une végétation ouverte qui se raréfie en nos régions. La disparition de ces milieux ne sera que partiellement et imparfaitement compensée par la création des « îlots écologiques de qualité » prévus dans le projet. La perte de biodiversité est indéniable.
  7. La parcelle est en zone de protection paysagère selon notre GCU. Ce statut signifie bien la protection du paysage existant. Un nouvel aménagement paysager suite à sa destruction ne peut, conformément à une jurisprudence du Conseil d’Etat, répondre à cette exigence de protection du paysage existant.
  8. L’étude de mobilité jointe au dossier montre clairement l’impact négatif du projet sur la circulation et la nécessité, pour tenter d’y remédier, d’aménager un giratoire, des feux supplémentaires et d’élargir la rue Colonel Montegnie. Ces éléments sont simplement évoqués. Les auteurs du projet semble dès lors reporter la responsabilité des solutions à trouver sur les autorités publiques. Un tel projet ne peut être autorisé en l’absence d’un plan global d’aménagement et de mesures relatifs à la mobilité finalisé, validé et financé.  En tout état de cause, le projet engendrerait une pression considérable sur une mobilité déjà à la peine dans ce quartier et les quartiers avoisinants.
  9. Les justifications apportées dans le dossier au regard des critères du décret sur les implantations commerciales sont sujettes à caution. C’est ainsi que le critère « mobilité » est censé être rencontré par « une mobilité durable » et « une accessibilité sans charge spécifique pour la collectivité » . La protection de l’environnement urbain est censée être vérifiée par « l’absence de rupture d’équilibre entre les différentes fonctions urbaines ». Le fait de se situer dans une zone résidentielle, juste en dehors d’une zone d’activités économiques, entre pourtant bel et bien en rupture avec le Schéma de développement communal de Rixensart. La protection du consommateur serait, de son côté, assurée par le projet vu « la sous-offre en matière d’achats alimentaires » pour la commune de La Hulpe. Cette justification parait vraiment très partielle, la mixité et le volume de l’offre commerciale devant s’apprécier bien plus au niveau de l’agglomération La Hulpe-Rixensart, pour laquelle il semble fortement exagéré, voire erroné, de parler de « sous-offre » commerciale.

Au vu de ses éléments, ce projet nous semble contenir de trop nombreuses dérogations qui sont injustifiées ou justifiées sur base d’affirmations contestables.

En conclusion, nous sommes défavorables à ce projet car nous estimons qu’il porterait préjudice à la préservation de nos espaces verts et aux nombreux commerces préexistants, qu’il ne s’inscrit pas dans un développement durable, tant pour la préservation des espaces naturels que pour la mobilité. Ce projet ne s’inscrit pas non plus dans un développement commercial équilibré pour la zone Rixensart-La Hulpe.

Annexes:

30 avril 2019
de EcoMaster
0 Commentaires

Brèves de conseil – 24 avril 2019

« Etre entendu, ou ne pas être entendu ». Voici comment nous pourrions résumer le conseil communal du mercredi 24 avril.

Un aménagement du territoire qui répond aux préoccupations de sécurité et de préservation des espaces verts

Etre entendu, nous l’avons été, lorsque le Collège a accepté notre demande de mettre à l’étude des propositions d’aménagements alternatifs, largement inspirées des avis émis par le PCDN local (Plan Communal de Développement de la Nature) et relatives à la création d’un parking dans le bas de Rosières à proximité de l’école communale. Notre groupe Ecolo partage le constat du Collège : il faut investir dans le renforcement de la sécurité des enfants qui, aujourd’hui, pour la grande majorité, sont déposés en voiture chaque matin aux abords de l’école communale. Mais nous pensons que cet investissement conséquent peut se faire sans nuire à la biodiversité locale d’une part, et au profit, aussi, des usagers qui se rendent à pied ou à vélo à l’école. Même si le ralentissement de la vitesse automobile que nous espérons obtenir sur la rue de La Hulpe avec les propositions d’aménagement alternatives ne règlera pas tout, nous pensons en effet qu’il est nécessaire de tout mettre en œuvre dès aujourd’hui, dans chaque nouvel aménagement, pour que davantage d’usagers choisissent demain un mode de déplacement plus durable. Le bureau d’étude auquel ont été confiées nos propositions se penchera sur ces enjeux endéans le mois.

Une procédure transparente et équitable pour le commerce ambulant

Etre entendus encore, nous espérons que l’ensemble des commerçants le seront, qu’ils soient établis sur notre commune, depuis de nombreuses années ou plus récemment, ou qu’ils s’agissent de commerces ambulants, tels que la tendance évolue dans nos villes et communes.

La réglementation communale a été complétée lors de ce Conseil afin de définir une procédure transparente et équitable quant aux activités communales ambulantes en dehors de nos marchés de Rixensart et de Maubroux.  Exercice difficile que de garantir en tant qu’autorité communale, et si faire se peut, une harmonie au niveau de l’offre et des services proposés par le commerce local, sans enfreindre aux droits les plus élémentaires de libre concurrence et d’entreprise.

Mais, au-delà de la définition d’un règlement communal relatif à l’organisation de ces activités ambulantes, nous pensons que le travail de dialogue entre tous les commerçants, fixes ou ambulants et la recherche de la meilleure complémentarité possible entre les services proposés est essentielle et peut être renforcée.

Et finalement, ne pas être entendu…

Un constat posé par bon nombre de conseillers lors de leurs interpellations menées dans la salle du conseil communal.
« On ne comprends pas ce que vous dites, parlez plus fort ! » répète Madame la Bourgmestre, à celles et ceux qui n’ont pas la chance d’avoir une voix qui porte telle celle de Pavarotti ou de la Callas. Et à juste titre, l’acoustique de notre salle communale ne permet pas une écoute et par conséquent une compréhension optimale, tant entre conseillers qu’auprès du public, un état de fait que les divers participants rapportent régulièrement. Renforcer la démocratie participative au cœur de la vie communale, c’est aussi garantir la clarté et la compréhension auprès de toutes et tous. Nous devinons que tous seront d’accord qu’il convient par conséquent d’équiper adéquatement notre salle communale pour y parvenir. Comment vous dites ? 😊

Last but not least, l’école de Genval a adopté son plan de pilotage

Très beau travail de notre école communale de La Bruyère-Genval qui a finalisé son plan de pilotage. L’accent mis sur l’apprentissage du français et sur la remédiation nous paraît un excellent moyen de réduire l’échec scolaire et d’améliorer la formation des élèves.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ecolorixensart@gmail.com.

Pour plus d’infos sur les points à l’ordre du jour, consultez le site de la commune: www.rixensart.be

1 avril 2019
de EcoMaster
0 Commentaires

Brèves de conseil – 27 mars 2019

L’agenda était chargé ce mercredi soir, 27 mars 2019, au conseil communal! Parmi d’autres points, mettons en exergue :

  • L’interpellation citoyenne demandant la mise en place d’une rue réservée aux jeux le dimancheUne façon idéale de se réapproprier l’espace public et promouvoir la convivialité. L’occasion pour notre groupe de réitérer notre plein soutien à de telles initiatives et notre volonté de favoriser le développement de ces rues réservées aux jeux, a fortiori, vu l’exemple positif de la Rue Denis Deceuster.
  • La création du Groupe de Travail dit « GT Zoom Quartier» qui permet une consultation des riverains dans le cadre de projets d’urbanisme dit « sensibles » – Nous avons pleinement soutenu cette initiative qui s’ancre dans la participation citoyenne mais nous avons également souligné l’importance d’une méthodologie et d’une communication adéquates.
  • L’acquisition de 20 équipements de vélos (10 à Rixensart et 10 à Genval) – Favoriser les déplacements cyclistes. Un vrai bonheur de voir une première réponse à notre demande, depuis de nombreuses années, d’installer des parkings vélos couverts et sécurisés, en priorité pour les gares de Genval et de Rixensart.
  • La désignation du prochain Directeur Général de la commune de Rixensart – Le directeur général part à la retraite ce lundi 1er avril et le nouveau directeur général a été désigné. Ce fût l’occasion de remercier M. Devière pour son travail remarquable. 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter ecolorixensart@gmail.com.

Pour plus d’infos sur les points à l’ordre du jour, consultez le site de la commune: www.rixensart.be

3 mars 2019
de EcoMaster
0 Commentaires

Déclaration, tuile et ambitions

Ecolo Rixensart s’est prononcé mercredi soir sur La Déclaration de Politique Communale, ses objectifs, et les moyens pour y parvenir. De bonnes intentions que nous soutenons dans leur ensemble, même si nous estimons qu’elles devraient être plus ambitieuses, ce qui a motivé l’abstention de notre groupe, dans l’attente de l’analyse d’un PST (Plan Stratégique Transversal) chiffré et paramétré. Quant aux moyens pour y parvenir et particulièrement sur le respect des procédures qui incombe au Collège, nous émettons déjà notre doute.

Sur les grands axes de cette déclaration

Nous soutenons pleinement l’engagement pris par la majorité de développer une politique concrète afin de lutter contre le changement climatique, et saluons sa décision d’intégrer la « Convention des Maires », comme nous avions pu le suggérer dans les colonnes du Rixinfo en janvier dernier. Ce processus vise la réduction de l’empreinte carbone de notre territoire pour atteindre la « décarbonisation » complète en 2050.

Nous soutenons également l’engagement pris par la majorité de tenir compte des situations de vie de l’ensemble des habitants de notre commune, afin de permettre au maximum l’épanouissement de chaque citoyen et ne pouvons qu’encourager la volonté de réfléchir à de nouvelles manières d’habiter à Rixensart. Le logement kangourou, les logements partagés, autant d’opportunités qui ne méritent qu’à être développées.

Nous considérons néanmoins que la mobilité douce devrait être davantage développée et constituer un changement de paradigme, ni plus ni moins. Inversons la priorité donnée à la mobilité de la voiture et mettons en place un réel plan global de mobilité, sans plus attendre.

Concernant l’aménagement du territoire,  nous considérons qu’il manque là aussi une vision globale. Nous souhaitons que la situation puisse évoluer rapidement afin que les projets puissent être considérés et appréciés dans un ensemble, en concertation systématique avec les citoyens. A ce propos, nous sommes enthousiastes par rapport au projet de construction d’une salle polyvalente, mais nous estimons que ce projet nécessite l’implication des citoyens, l’écoute aussi de leurs idées.

Nous souscrivons totalement à l’objectif de la majorité de devenir une commune ‘zéro déchet’, or nous considérons que la réduction de 30% la production des déchets est insuffisante. Pour atteindre cet objectif, l’organisation d’une collecte séparée des déchets organiques et l’engagement des acteurs publics communaux sont par exemple des leviers à actionner, tout comme l’implication de l’ensemble des commerçants et de l’ensemble des citoyens.

Dans le cadre de la transparence et de l’information, nous souhaitons que l’enregistrement systématique des séances des conseils communaux soit assuré, afin que chaque citoyen puisse prendre connaissance des dossiers présentés et des débats qui ont lieu au sein de cette assemblée. En ce sens, et dans un souci de pérenniser cette démarche à laquelle de nombreuses communes brabançonnes souscrivent déjà, où comptent souscrire, nous avons proposé mercredi soir que le média TV Com orchestre et centralise la retranscription des conseils communaux des 27 communes du Brabant wallon.

Au niveau de la sécurité générale, nous considérons que le développement de moyens humains devrait également être préconisé. Educateurs de rues, steward, renforcement des contacts au quotidien, autant de moyens à développer davantage afin de renforcer le bien vivre et la prévention au sein de notre commune.

Sur les moyens pour y parvenir

Au niveau des finances, nous nous interrogeons sur le refinancement du CPAS, alors que les réserves financières s’épuisent. Nous constatons également que la majorité n’exclut pas d’augmenter la fiscalité au cours de cette législature. Ce qui fut justifié en séance par madame la Bourgmestre notamment par les éventuelles « tuiles » auxquelles nous pourrions faire face au cours des prochaines années.

D’ailleurs, à propos de tuile, il semble que le vent des subventions à la zone de secours en ait déjà fait tomber une fameuse… et mis en lumière une légèreté coupable du collège…

En effet, le 7 décembre dernier, le Collège reçoit un courrier du Gouverneur réclamant un supplément de près de 800.000 € comme arriérés sur les redevances à payer à l’ancien service Incendie de la ville de Wavre. Pas rien : 22% du boni global au budget 2019. Dans ce courrier, il est stipulé que le conseil communal a 60 jours pour réagir, ne fût-ce que pour demander des justificatifs. Le temps passe, 2 conseils communaux sont convoqués, le budget 2019 est voté en séance du 17 décembre et… rien, pas un mot !

Ce n’est qu’au conseil communal de ce mercredi 27 février, alors qu’il est trop tard, que l’on demande aux conseillers de “marquer leur accord” sur ce supplément, sans plus. Et évidemment sans dire que de toutes façons, notre absence de réaction dans les délais valait déjà accord sur le montant, et ce depuis le 7 février. 

Cette façon de traiter un tel dossier est inacceptable et nous sommes outrés par cette légèreté. Nos réserves financières seront durablement impactées par cette dépense, alors que Rixensart en aura bien besoin pour financer les investissements du futur.

Vous parliez d’une tuile…

En conclusion, nous avons soufflé le chaud et le froid mercredi soir. Nous soutenons les grandes lignes de la Déclaration de Politique Communale, en particulier dans son intention de renforcer les outils d’un réel développement durable de Rixensart et dans la lutte pour préserver le climat, mais attendons de voir plus d’ambition, plus d’audace en terme d’approches et d’objectifs. Nous invitons aussi la majorité à respecter le cadre strict des procédures auxquelles un Collège doit répondre.


p.s.: La Déclaration de Politique Communale (DPC) est à présent disponible sur le site de la commune: http://www.rixensart.be/wp-content/uploads/2019/03/declaration-politique-communale.pdf

30 décembre 2018
de EcoMaster
Un commentaire

Ensemble et grâce à vous, pour défendre la transition écologique à Rixensart


Tribune des conseillers du groupe Ecolo pour le Rixensart Info n° 294 de décembre 2018
Refusée par le comité de lecture car cette tribune pourrait susciter la polémique.


Vous étiez plus de 3.000, le 14 octobre dernier, à apporter votre confiance à notre projet écologique, à nos candidats, nos propositions pour l’avenir de Rixensart. Nous désirons vous remercier encore de cet élan magnifique !

Forts de votre soutien, renforçant encore notre position de deuxième parti politique avec plus de 22% des voix, notre groupe bénéficiera donc de 6 conseillers communaux. Le groupe de la NAP-MR, disposant d’une majorité absolue, a fait le choix de ne pas constituer une alliance avec Ecolo Rixensart.

C’est dès lors dans l’opposition que notre équipe, composée de personnalités et d’expériences diverses et complémentaires, est déterminée à répondre à votre appel et à défendre notre programme pour ces 6 prochaines années.  

Le travail qui attend le pouvoir local est conséquent. Il est urgent de répondre aux défis sociaux, économiques et écologiques de notre commune. Nous entendons travailler ardemment afin de rapprocher les citoyens de la vie communale et de ses enjeux ; de développer une mobilité réfléchie, concertée et apaisée, où chacun des usagers puisse se déplacer en toute sécurité ; d’assurer une réflexion globale et concertée de l’aménagement de notre territoire, qui répond à l’importante urbanisation de notre commune, dans le maintien de son caractère convivial et dans la préservation de notre environnement ; de favoriser l’accès au logement aux revenus les plus faibles ; de promouvoir le commerce local ; d’écouter et d’investir dans la jeunesse.

Notre groupe sera attentif à ce que chacun de ces enjeux et des projets qui en découlent soient abordés dans le sens strict du développement durable, au profit d’une commune accueillante et solidaire. Notre participation à la mise en œuvre de ces projets et nos interpellations, nous nous engageons à les réfléchir avec vous, avec les connaissances de terrain que vous avez développées, par la connaissance de votre environnement quotidien, de votre implication citoyenne dans votre rue, votre quartier, dans les associations locales dans lesquelles vous évoluez.

Nos conseillères et conseillers communaux seront plus que jamais à votre écoute. Ecolo Rixensart organisera de nouvelles rencontres sur différentes thématiques et continuera à vous informer régulièrement de l’actualité communale, de nos positions et de nos évènements.  

Nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année, de moments partagés, teintés d’espoir et d’ambitions positives, tant pour l’année nouvelle qui s’annonce que pour les prochaines générations.

Votre groupe des conseillers communaux Ecolo, Bernard Buntinx, Amandine Honhon, Aurélie Laurent, Philippe Lauwers, Fabienne Petiberghein et Charlotte Rigo.

19 octobre 2018
de EcoMaster
0 Commentaires

A Rixensart, la NAP-MR tourne le dos à Ecolo

19 octobre 2018 – Ecolo Rixensart, second parti et premier vainqueur des élections, ne fera pas partie de la prochaine majorité. La NAP-MR n’a pas répondu à la vague verte qui a déferlé lors de ces élections communales et le désir de changement porté par plus de 20% des Rixensartois.e.s

Le principal enseignement du scrutin de dimanche ? Un avertissement lancé aux partis traditionnels en recul et une volonté de changement pour plus de vert, plus de solidarité, plus de transparence et de participation.

À Rixensart, les deux partis traditionnels ont, comme ailleurs, perdu des voix, voire des sièges. La NAP-MR, alliée à l’ancien groupe « Libéral », est passée de 55,58% des voix cumulées et 16 sièges à 44,82% et 14 sièges, soit une perte de plus de 10% des voix et de 2 sièges. Quant à SolidaRix, successeur du groupe UC-PS, il passe de 14,64% des voix à 12,91%, sauvant son troisième siège.

Dans le même temps, Ecolo Rixensart conforte largement sa place de second parti de l’entité, en augmentant son résultat de plus de 4%, à 22,10% et gagne 1 siège (6 au total). Les deux autres partis (« Proximité » et «  Défi », nouveau venu) gagnent en voix, et Défi décroche son premier siège.

Nous apprenons que la NAP-MR a choisi de ne pas écouter ce signal de l’électeur puisqu’elle a décidé de faire alliance avec Solidarix et de former, ensemble, la prochaine majorité communale.

Le net succès d’Ecolo Rixensart ne semble donc pas avoir été un signal assez fort pour la vision accordée à l’avenir de notre commune par l’ancienne majorité. « Écouter, décider, agir », tel était le slogan de campagne du groupe rixensartois NAP-MR. Au lendemain du scrutin, l’écoute de cette vague verte n’a visiblement pas été leur premier réflexe, malgré l’ouverture et la disponibilité à la discussion que notre groupe Ecolo Rixensart a affiché.

Bernard Buntinx : « Nous tenons tout d’abord à remercier les plus de 3000 Rixensartois.e.s qui nous font confiance. Nous regrettons profondément le manque d’attention au désir de changement de l’électeur. Néanmoins, nos 6 élus poursuivront leur travail avec la plus grande détermination auprès des citoyens, forts du soutien renforcé des électeurs. Nous avons entendu le message de l’électeur et nous nous engageons dès à présent à y répondre, en menant une opposition constructive mais vigilante et déterminée pour une commune plus durable, plus solidaire et plus participative. »

Pour toute question : Bernard BUNTINX

Pour le groupe local Ecolo Rixensart

Buntinx.bernard@gmail.com – gsm 0497 16 13 15