Vivre ensemble

Début 2017, notre commune a répondu à un appel à projet de la Région wallonne destiné à lutter contre le radicalisme. C’est dans ce cadre que Rixensart s’est vu attribuer un subside de 35.000€, qu’elle entend utiliser pour soutenir la prévention et le « vivre ensemble » dans notre commune.

Ignorer le phénomène de radicalisme au sein de nos sociétés relèverait de l’angélisme. Nous soutenons donc la volonté de le prévenir. Mais nous pensons que le risque de radicalisation ne peut être lié avec une quelconque confession, condition sociale ou communauté. Si un radicalisme lié aux actions de l’État islamique occupe aujourd’hui le devant de la scène, un radicalisme d’extrême droite se montre aussi dévastateur (par exemple à Utoya, en Suède, en 2011, ou en janvier dernier, contre une mosquée au Canada). C’est aussi une forme de radicalisme qui caractérise la nouvelle politique de la Maison Blanche à Washington, ou les idées véhiculées par le mouvement bleu marine, qui menace la démocratie chez nos voisins français. Toujours avec ces mêmes maux : le repli et le rejet.

Comment éviter dès lors que naissent le repli identitaire ou le rejet de l’autre au sein même de notre commune? Nous soutenons quelques pistes concrètes qui s’adressent à chacun d’entre nous :

Lutter contre le décrochage scolaire. C’est donner aux 2 écoles des devoirs de la commune les moyens nécessaires pour placer les élèves en situation de réussite. Les bénévoles et les employés qui aident les plus jeunes à surmonter leurs difficultés jouent un rôle fondamental. Dans la scolarité de l’élève, et dans sa capacité à trouver sa place dans la société. Nous ne pouvons qu’encourager la commune à prévoir une structure d’accueil favorable en termes de locaux et de matériel. Mais aussi un renforcement des effectifs pour pouvoir assurer un suivi étroit avec les élèves et leurs parents.

Rassembler autour de projets et d’activités. Jusqu’en 2013, la « Battle de Rixensart » réunissait de jeunes talents de tous horizons autour de la danse. Nous regrettons que la commune n’ait pas dégagé de solution à l’époque pour que ce symbole du « vivre ensemble » puisse encore se tenir en son sein. Mais d’autres collaborations entre le Centre Culturel, Fedasil, les écoles, les associations et les habitants émergent sans cesse. À ce titre, renforçons l’accès à la culture pour tous les habitants, y compris les plus démunis et les plus isolés. Des tickets « Article 27 » offrent des tarifs réduits aux activités culturelles et sont mis à disposition par le CPAS de Rixensart. Fondamental, mais pas suffisant. Nous pensons que la commune pourrait aller physiquement à la rencontre de ces personnes et leur proposer de participer activement à la vie culturelle. Prendre part à ce qui réunit peut aussi éviter le repli.

Renforcer l’esprit critique. Plusieurs études ont déjà montré que les réseaux sociaux tels que Facebook sont parfois le seul regard sur l’actualité chez les adolescents en dehors du cadre scolaire. Alimentés par les informations diffusées par leurs propres réseaux, et même si ce support représente aussi un formidable moyen de communication, les utilisateurs se voient plus facilement renforcés que bousculés dans leurs convictions. Voire soumis aux influences les plus extrêmes. Nous pensons que l’accompagnement des plus jeunes à l’utilisation des médias est fondamental. Pas seulement à l’école, mais dans chaque foyer familial. Lutter contre le radicalisme, c’est aussi promouvoir l’esprit critique sous l’œil attentif des parents. Notre groupe Ecolo encourage dès lors toute initiative de sensibilisation à l’utilisation des médias auprès de toutes les familles.

Travaillons ensemble pour la rencontre et l’épanouissement entre tous les Rixensartois.

Leave a Reply

Your email address will not be published.