15/05/2013

La Déclaration de Politique Générale (DPG) est le texte fondateur de l’action du collège communal pour les 6 années de la législature. On peut y trouver les grandes orientations politiques de son action, et les projets qu’il entend développer. C’est pourquoi la locale Écolo de Rixensart a choisi de vous la présenter en version intégrale sous le lien suivant : Déclaration de politique générale.

Et de vous livrer l’intervention du Groupe Ecolo au Conseil Communal lors de la présentation de cette DPG :

Ce que le groupe Ecolo Rixensart en a pensé :

Sans même parler de votre souhait d’ouvrir un numéro VERT pour les habitants, mesure à laquelle nous souscrivons sans réserve, cela ne vous étonnera pas, votre DPG nous parait, globalement, « politiquement correcte » et consensuelle, et nous pouvons la suivre sur bien des points.

A y regarder de plus près, toutefois, elle suscite bien des interrogations. Nous constatons en effet des affirmations étonnantes, des imprécisions voire des manques significatifs, et, bien sûr, mais ceci est normal, des points de désaccord.

Je m’en tiendrai ici seulement à quelques éléments importants.

Les finances. Vous visez l’équilibre en 2015, sans toucher à la fiscalité. Fort bien.

Et dès l’abord, on constate que beaucoup de points de votre DPG engendreront des dépenses supplémentaires : le projet des tableaux interactifs dans les écoles (si vous voulez réussir ce projet, il faudra former les enseignants et équiper les classes, cela demandera des moyens !), vos projets pour équiper le service Voiries, l’accent sur la propreté et l’entretien journalier des voiries et espaces verts, les investissements en égouttage, l’amélioration de la communication, les promotion des vélos électriques (je constate à ce sujet avec plaisir que vous êtes à présent d’accord sur la prime que vous aviez refusée il y a 2 ans…), la création de pistes cyclables, la sécurité dans les quartiers avec la présence de stewards, la dotation à Rixenfant à mesure que les places d’accueil augmenteront, etc. L’impact de ces mesures sur le budget ordinaire n’est pas estimé, on ne voit pas trace des moyens récurrents qui y seront affectés.

Et d’ailleurs, vous ajoutez vous-même que les dépenses de fonctionnement arrivent à un plancher, idem pour les dépenses de dette, et que donc on ne voit pas de salut dans la poursuite d’une réduction de ces dépenses. Pour les dépenses de transferts, vous dites ne plus vouloir les modifier dans les années à venir. Or pas plus tard qu’il y a un mois, nous avons entendu au conseil de police que les contributions communales devront inévitablement encore augmenter dans les prochaines années. On sait aussi que la dotation à la zone de sécurité incendie devra augmenter. Où allez-vous donc porter le fer pour ne pas augmenter les dépenses de transferts ? Dans la dotation au CPAS, inévitablement. Voilà qui nous inquiète fortement !

Le gros morceau des dépenses, dont vous dites qu’il est « énorme », ce sont les frais de personnel, et qu’ils ne cessent d’augmenter. Ce que vous ne dites pas, c’est que s’ils augmentent, ce n’est pas parce que Rixensart aurait mené une politique insensée de recrutement à tout-va mais du fait de l’indexation et des évolutions règlementaires de carrière. Vous oubliez de rappeler que la commune a repris en 2006 le personnel du service jeunesse du CPAS. Et surtout, vous ne dites pas que sur les 10,5 millions de dépenses, il y a 1 million de recettes de subvention. Alors ? Quelles mesures structurelles comptez-vous prendre ? A part le remplacement naturel des départs à la retraite par du personnel plus jeune donc moins cher, il n’y a, si on lit bien votre DPG, que la réduction drastique du volume de l’emploi, ce qui, soi dit en passant, fera perdre des subventions à la commune ! Et, sans langue de bois (vous dites : « mener au mieux une politique active des ressources humaines », « valoriser au mieux les compétences de chacun »…), vu les montants en jeu, on ne parle pas ici de l’un ou l’autre emploi, mais de dizaines de postes de travail qui devraient disparaître, si vous voulez rester cohérent avec votre objectif financier. On a déjà vu mieux comme politique visant à renforcer l’emploi local…

Conclusion : à lire votre DPG, et comme vous vous refusez à envisager une augmentation des recettes, on comprend que l’effort sera fait et sur la dotation au CPAS et sur les dépenses de personnel, alors que nous sommes en pleine crise sociale et économique. Cela, nous ne pouvons l’accepter.

Ceci me conduit directement à un manque flagrant dans votre DPG : il n’y a rien de structuré au sujet de la politique du personnel. Encore une fois, le personnel est considéré avant tout comme un élément de coût et non pas comme un élément essentiel dans le fonctionnement de la commune et des services à la population, alors que tant les habitants que les autorités exigent toujours davantage de disponibilité, d’écoute, de capacité d’accueil, de connaissances et parfois très pointues, de compétences, de la part du personnel communal. Nous regrettons vivement l’absence de projet spécifique visant à valoriser, motiver, former le personnel.

Et ce n’est pas l’idée de créer une Régie des bâtiments au service Travaux qui va y changer quelque chose… Le fonctionnement problématique du service Travaux n’a rien à voir avec l’existence ou non d’une nouvelle structure ! Il s’agit de tout autre chose : la motivation du personnel, sa revalorisation, une direction défaillante des équipes, un manque de coordination et de communication, et surtout, une absence de planning et de suivi systématique des missions, un manque de clarté dans les priorités… Bref, rien à voir avec une nouvelle structure dont on ne nous dit même pas, et c’est pourtant crucial, si elle sera ou non autonome. Et avant de centraliser davantage, que l’on essaye d’abord de coordonner ce qui existe : voyez la saga des ouvriers que la commune a obtenu pour ses écoles et la difficulté, pour ne pas dire « impossibilité », à coordonner leur travail avec les équipes du service Travaux…

Autre chapitre insuffisant à nos yeux : l’emploi. Vous pourriez en effet saisir l’opportunité de GSK Genval, où vous souhaitez le maintien d’activités économiques, pour lancer la création d’une agence de développement local, avec subsides régionaux, précisément axée sur la création d’activités et d’emplois locaux qui pourraient, de plus, privilégier les filières vertes et durables. D’autres que nous ont déjà émis cette idée et nous sommes prêts à collaborer à toute initiative dans ce sens.

Autre point de votre DPG qui ne nous parait pas à la hauteur des besoins actuels : le logement. Le coût du logement dans notre province et à Rixensart en particulier, a explosé. Rixensart est l’une des communes les plus chères de Wallonie. Cela crée une coupure tant générationnelle que sociale. C’est l’une des causes principales de l’appauvrissement d’un nombre croissant d’entre nous et vous constatez vous-même que « la demande de logements sociaux explose véritablement ». Or je sais, Monsieur le bourgmestre, que vous êtres sensible tant à la préservation de la diversité sociale et générationnelle qu’à la lutte contre la pauvreté dans notre commune. Vous comptez réaliser le projet du SAR à Genval, vous voulez concrétiser l’achat de quelques logements aux Papeteries, vous augmentez la dotation à la Régie foncière pour l’entretien de ses logements, vous reprenez l’ancien projet de création de 2 logements à la résidence du Parc, fort bien, nous applaudissons. Mais l’état de nécessité actuel est tel qu’il faut faire plus, il y a urgence ! Or, vous savez que la commune pourrait bénéficier de subsides pour créer, avec Notre Maison, notre société de logements de service public, entre 35 et 50 logements publics (sociaux et moyens) au centre de Rixensart. Ce projet est aussi lié à l’adoption d’un PCA. Nous ne voyons aucune trace de ce projet dans votre déclaration, c’est regrettable. Le PCA pour la gare de Genval pourrait d’ailleurs également prévoir des projets de logements publics, accessibles à tous. Et face à cette urgence « logements » à laquelle vous répondez de manière bien insuffisante, nous nous interrogeons sur la pertinence de certains choix d’investissements, comme la Maison du cadre de vie et le terrain de hockey. Ces projets sont en soi intéressants, le problème n’est pas là, mais les moyens qu’ils vont absorber, tant financiers qu’humains, ne seraient-ils pas mieux affectés à des nouveaux projets « logements » ? Je le répète : si l’on ne veut pas que Rixensart devienne un ghetto pour riches, il y a urgence !

Je voudrais enfin terminer par quelques remarques, sans trop m’étendre[1], même si ces points sont tous fort importants.

Comme prévu, vous voulez instaurer une filière immersion en langues pour l’une de nos écoles communales. Pour nous, ce projet mériterait d’être sérieusement discuté. Nous voyons 2 problèmes : le premier, c’est le danger d’une discrimination entre les élèves aptes à l’immersion et ceux qui ne le sont pas. Et on sait bien que l’immersion ne convient pas à tout le monde. Et que dans les écoles où l’on a voulu maintenir les 2 filières, la filière « classique » a vite été considérée comme celle des élèves « moins performants ». Ceci nous semble contraire au principe d’un enseignement fondamental pour tous, qui est la raison d’être d’un enseignement communal. Il y a déjà suffisamment de discriminations dans notre système d’enseignement pour ne pas en rajouter une dès l’école fondamentale. L’autre problème, c’est l’emploi de nos enseignants qui inévitablement, sera menacé par la filière immersion puisque celle-ci ne profitera qu’à des enseignants d’un autre rôle linguistique.

Pour la petite enfance, nous appuyons vos projets de création de places d’accueil, bien sûr. Nous vous demandons toutefois d’examiner la possibilité, avec les subsides dont vous disposez, de créer des places sur le site des Papeteries, ce qui nous semble indispensable pour que le site accueille aussi des jeunes ménages (à supposer qu’ils puissent s’y payer un logement…).

Nous nous réjouissons aussi de vos engagements quant au maintien de la biodiversité dans notre commune, à la réduction drastique de l’usage des pesticides (mais les directives européennes nous y obligent !), ainsi que de la poursuite de l’A21L.

J’en terminerai par l’annonce d’un vote d’abstention du groupe Ecolo sur votre Déclaration de politique générale. Malgré les insuffisances, imprécisions et divergences que nous avons relevées, nous avons espoir en effet que, dans un exercice de dialogue et de saine démocratie, vous aurez à cœur de tenir compte, ne fût-ce que partiellement, des avis de groupes ne faisant pas partie de votre majorité. Quant à nous, conformément à votre souhait, nous restons prêts à participer à tout groupe de travail et de discussions dans tous les domaines de la vie communale.

[1] Urbanisme : pourquoi et avec quels objectifs révisés dès maintenant le RCU et le Schéma de structure ? Selon quels critères déroger, même exceptionnellement, aux densités ?

Am. du territoire : vous êtes muet quant aux liens entre le finalisation des PCA des gares et la politique du logement…

Environnement : pour les conteneurs à puces, attention au coût d’équipement pour les habitants !)

Mobilité : manque d’ambition sur les navettes de bus, sur un bus local ; aucune précision sur les pistes cyclables que vous voulez créer (à part dans les nouveaux lotissements dont vous dites vous-même qu’il n’y en aura plus beaucoup…). Suggestion, sans frais : piste le long du chemin de fer… Pourquoi un nouveau plan intercommunal de mobilité alors que celui qui existe est loin d’avoir été mis en œuvre !

CPAS et social : rien sur le logement/hébergement des personnes âgées et très vague sur l’intergénérationnel !

Enseignement artistique : académie des arts plastiques aux oubliettes !

Commémoration 14-18 : nous suggérons la création d’un groupe de travail et que l’accent soit mis sur l’éducation à la paix.
Sécurité, police : retour de caméras de surveillance, dont on sait que l’efficacité réelle est très faible. Au mieux, la délinquance se déplace ou s’adapte… En revanche, OK pour la prévention (stewards) dont on préférerait qu’elle soit mise en place au plus tôt, sans attendre forcément des caméras ! Police : rien sur les difficultés d’accès au commissariat central.

Maisons de quartier : nous suggérons de faire de la salle du rez de Froidmont une véritable salle de quartier et, avant de concéder les locaux du 1er au TILT, faire un inventaire des besoins de toutes les associations. Charmettes : revoir le projet pour éviter la démolition du bâtiment de la Croisée et du Cerceau, ce qui ferait disparaître les peintures murales !

« Lettre ouverte d’un citoyen engagé, en réponse à l’édito de Mr le bourgmestre dans le dernier Rixinfo »

Lettre ouverte à Monsieur Jean Vanderbecken, Bourgmestre de Rixensart

Monsieur le Bourgmestre,

Permettez moi de vous exprimer ma profonde indignation au sujet de la phrase « trop de démocratie tue la démocratie » que nous avons pu lire dans dernier Rixensart info.

D’abord, nulle part dans le bulletin communal nous ne trouvons la moindre indication quant à un éventuel effet d’un « trop de démocratie ». Bien au contraire !

Deuxièmement, comme élu vous devriez au moins être un minimum informé de la grave crise de démocratie que nous traversons. En effet, la crise n’est pas seulement économique et financière, elle est aussi une crise de société ! Il ne m’a fallu que quelques instants, après le choc que m’a donné la lecture de votre slogan, pour trouver une première référence sur la crise de la démocratie « La Belgique est l’un des premiers pays occidentaux ou la crise de la démocratie se manifeste aussi clairement » (extrait du rapport final du G1000 ; j’ai demandé à la bibliothèque que ce texte soit imprimé et mis en évidence pour le public). Une deuxième référence, extraite du même rapport contredit également votre propos : « Plus d’implication citoyenne serait un atout pour l’ensemble de notre société. ». Mais j’ai au moins deux classeurs d’articles et d’extraits plus des annotations de livres qui vont tous dans le même sens. Je peux vous les transmettre si vous le souhaitez !

Monsieur le Bourgmestre, l’effet de votre slogan sonne, une fois de plus, comme un appel à nous taire. Elle aboutit à l’indifférence. Ce qui est un désastre pour notre société et en premier lieu pour sortir de la crise financière (voir J. Stiglitz, « Le prix de l’inégalité »).

Je me suis aussi senti insulté de nous voir réduits à « des esprits chagrins » parce que nous revendiquerions plus de démocratie. Je tiens à vous affirmer que les citoyens n’ont strictement rien à voir avec les tractations sous jacentes entre partis. Un langage plus direct et plus transparent aurait servi davantage la démocratie. Les citoyens n’appartiennent ni à la majorité, ni à l’opposition. La démocratie est bien autre chose qu’un effet de majorité.

Je tiens également à vous signaler que j’ai été particulièrement ulcéré par la campagne électorale communale en général. Votre parti n’est donc pas le seul concerné. D’abord, matériellement, par le gaspillage et le ridicule des pamphlets. Cet excès pour attirer les clients/électeurs, alors que nous savons d’avance que déjà le jour même des élections nous sommes déjà oublié pour 6 ans.

Dans tous ces amalgames de publicité, il n’y avait malheureusement rien qui permettait aux citoyens d’établir un véritable choix en connaissance de cause pour pouvoir exercer notre pleine responsabilité d’électeur. Comme me disait un concitoyen pas très politisé et relativement indifférent « Nous avons voté pour rien. ».

Et enfin, de grâce s.v.p, ne parlons plus de virage de droite ou de gauche ! Tous les partis dans notre pays disent en réalité la même chose. Nous savons aussi lire entre les lignes. Les différences ne servent que pour la publicité pour les partis. La particratie est un fameux obstacle au nécessaire développement de la société.

Ceci dit, vos trois expressions « trop de démocratie tue la démocratie », « des esprits chagrins » et « virage à droite » ont l’avantage d’expliciter l’atmosphère politique qui règne en réalité depuis au moins 3 législatures déjà. Espérons qu’on en tire profit pour clarifier et approfondir le débat citoyen !

Monsieur le Bourgmestre, ce premier numéro du Rixensart Info de la nouvelle législature aurait été l’occasion pour la majorité d’expliquer en quelques pages le véritable projet pour notre commune. Et pourquoi pas un programme ensemble avec l’opposition tout au moins pour les problèmes les plus urgents ? On aurait pu alors réellement apprécier vos réflexions sur l’avenir de la commune. Cela aurait été autre chose que cette énumération de quelques points, qu’on nous avait déjà servis dans la propagande électorale, parfois dans celle de l’opposition d’ailleurs… N’aurait-on pas pu expliciter ces points pour qu’on puisse au moins voir que vous savez de quoi vous parler ?

Ne serait-il pas temps de mettre fin au mépris permanent pour les citoyens ? Cet extrême paternalisme et ce conservatisme de notre pays sont un frein à toute évolution harmonieuse de notre société. Notre pays n’a pas de véritable média d’investigation. Nous n’avons pas la culture de débats. On peut tout dire mais tout est fait pour qu’on ne nous écoute pas.

On ne semble pas ce rendre compte que la population est tombée dans une indifférence, un découragement alarmants. Ce sentiment qu’on ne peut rien faire. En réalité vous seriez étonné de savoir ce que les gens pensent réellement.

Terminons ici avec une proposition concrète. Le bulletin communal Rixensart Information devrait être profondément réformée. Arrêtons cette rubrique « message du Bourgmestre » Cela sonne déjà très paternaliste. Cela ressemble à un terme d’un autre siècle. Parlons plutôt d’un éditorial dans lequel on fait apparaître des sujets traités de manière approfondie. On doit y trouver ensuite des sujets consacrés à l’aménagement du territoire, spécialement lors des enquêtes publiques. Des articles suffisamment longs pour qu’on puisse approfondir le sujet, les réels enjeux pour le visage futur de notre commune.

Les résultats des enquêtes publiques doivent être analysés en profondeur et portés à la connaissance du public.

Autre suggestion : à la fin d’un mandat, le bilan la législature, établi par la majorité ET l’opposition devrait être publié. Ce bilan devrait rappeler les objectifs mis en avant en début de législature et spécifier de quelle manière il on été poursuivis. Cela permettrait, au début de la nouvelle législature, au lieu de tout refaire, de mieux cibler les ajustements nécessaires, les problèmes rencontrés et les nouvelles politiques à mettre en place, le tout dans la confrontation des différents points de vue et en indiquant en toute transparence quelles sont les décisions finalement prises.

Dans son dernier tract électoral, Proximité vous ment

Le permis pour l’immeuble « Les jardins de Bourgeois » chaussée de Lasne n’a pas été octroyé par l’actuelle majorité, contrairement à ce que laisse sous –entendre Proximité

Proximité vous ment

Il accuse l’actuelle majorité de vouloir raser la plus vieille maison de Bourgeois, rien n’est plus faux: le collège s’est opposé à cette démolition.

Proximité vous trompe

Il prête à l’actuelle majorité des intentions d’urbanisation « sauvage » : ce sont soit des fantasmes de Proximité, soit des appréciations outrancières, soit des éléments de l’avant-projet du Plan d’aménagement du centre de Rixensart dont la discussion publique n’a même pas encore pu être entamée et que Proximité cloue au pilori par principe.

Proximité vous trompe

Proximité déforme nos intentions en ce qui concerne les densités de logements pour mieux faire peur aux habitants. Les densités plus élevées ne concernent que des zones limitées (autour des gares de Genval et Rixensart) et ont pour but, non pas d’augmenter la population mais de diversifier les types de logements offerts, notamment pour les revenus faibles et moyens, pour les jeunes ménages ou pour les personnes âgées.

Proximité vous trompe

Les prévisions du nombre d’habitants à Rixensart, en supposant que tous les logements seront construits partout suivant les densités autorisées et recommandées, ne dépassent guère 25.000. Ce nombre a toujours été considéré par les bureaux d’études spécialisés en aménagement du territoire comme un maximum acceptable pour notre commune

Proximité ne vous dit pas tout

Il est bon de savoir que le fameux avant-projet de plan d’aménagement du centre de Rixensart, tellement critiqué par Proximité car on y autoriserait la création de logements de manière inconsidérée, porterait la densité de cette zone à 45 logements/ha, chiffre lui-même proposé par… Proximité lors d’une précédente discussion!

Proximité vous ment

La dette par habitant pour Rixensart n’est pas de 1990 euros mais d’environ 1000 euros, chiffre inférieur à la moyenne du BW

Proximité vous trompe

Les chiffres des impôts (précompte immobilier et impôt sur les revenus) payés par les habitants mélangent des impôts payés par de grosses entreprises (GSK), par des ménage fortunés, des propriétaires de villas sur terrain de 30 ares avec piscine etc, et des habitants plus modestes. C’est d’une malhonnêteté profonde. Une étude réalisée il y a quelques mois par le Vif, plaçait Rixensart en 17è position (11è pour le BW) parmi les 256 communes wallonnes classées par ordre croissant de coût fiscal pour un ménage-type. De plus, le taux des impôts sur l’immobilier et sur le revenu à Rixensart est inférieur à la moyenne des taux des communes du BW…

Proximité s’emmêle les pinceaux

Quand il attaque sur le boni financier, Proximité mélange budget et compte. Il compare un boni au compte en 2006 (10 millions) avec un boni budgétaire en 2012 (5,2 millions). En 2006, le boni budgétaire n’était pas de 10 millions mais seulement de… 5,3 millions, soit du même niveau que notre boni budgétaire fin 2012 (5,2)… La seule comparaison qui vaille porte sur le résultat réel, celui des comptes. Au début de 2012, notre boni au compte était de 7,2 millions d’euros, à comparer aux 10 millions de boni au compte 2006. Ce résultat de 7,2 millions est excellent : par habitant, c’est l’un des plus élevé du BW.

Proximité vous trompe

Le graphique montrant les perspectives 2012-2018 sont farfelues. Ils appliquent aux dépenses le taux de croissance de la période 2006-2012, comme si, bien entendu, le CPAS allait entre 2012 et 2018 rénover complètement, comme il l’a fait entre 2006 et 2012, sa maison de repos, ses crèches et son centre administratif, que la police allait se construire une 2è fois un nouveau commissariat central… A elle seule, la charge d’emprunt pour ces investissements expliquent la moitié de la hausse des dépenses entre 2006 et 2012. La ficelle est trop grosse! Maintenir ce taux de hausse de dépenses entre 2012 et 2018 est d’une totale malhonnêteté.

Il est normal que l’opposition critique et qu’en campagne électorale, le ton soit plus incisif. Nous ne prétendons pas que la majorité sortante soit irréprochable et qu’elle n’ait jamais commis d’erreurs. Mais en aucun cas le mensonge, la tromperie ni la manipulation ne sont admissibles. Il est regrettable que Proximité en ait fait usage dans sa propagande.