Rixensart, riante commune du Brabant wallon, son lac, son château, ses travaux, ses chantiers du RER… Et ses ronds-points ! Un rond-point, c’est chouette, c’est rond, ça fluidifie le trafic, on aime ça.

Un rond-point, ça doit aussi avoir un nom. Oui, mais lequel ? Les autorités communales se grattent la tête. Pourquoi pas « Schtroumpf » dit l’un d’eux ? « Oui, oui » acclament-ils tous, « Excellent ! ». « Attendez » dit un autre. « Faisons d’une pierre deux coups : dénommons le rond-point ‘Peyo’ et décorons-le d’une statue de Schtroumpf, un grand Schtroumpf bleu ». « Ah, bravo ! ». On s’embrasse, tout le monde se félicite de ces bonnes décisions.

Tout le monde ? Tapis dans son antre, l’affreux sorcier Gargamel enrage. Il est horriblement jaloux du succès des Schtroumpfs, ses ennemis jurés. La riposte ne tarde pas : ces impudents Rixensartois le payeront cher et un sort funeste leur sera réservé.

Malédiction 1 : 1.200.000 euros perdus dans un bâtiment inutile

Un nouveau commissariat de police inutile, bien cher et qui détruira un petit bosquet, voilà une belle punition pour ces Rixensartois. Un gaspillage d’1,2 million d’euros qui les endettera d’autant et leur coutera chaque année au bas mot 60.000 euros de charges d’emprunt. Voilà qui va faire mal !

Malédiction 2 : 75.000 euros d’argent public jetés par les fenêtres

Oui, très bien, un projet qui a l’air sympa mais qui ne sert quasi à rien : faire semblant de favoriser le vélo en asphaltant 300 m de sentier parfaitement cyclable dans son état actuel, à l’extrémité Sud de Rixensart. Ça coute 75.000 euros à la collectivité pour une utilité quasi nulle. Et en plus, on ne fait pas ce qu’on devrait dans ce sentier : enlever des bordures dangereuses pour la circulation des vélos…
Ah, très bien, ça va les rendre ridicules !

Malédiction 3 : on va rendre plus cher les entrées au Complexe sportif

On va s’attaquer à des sports populaires, dont les clubs doivent payer pour occuper des salles du Complexe sportif. Plus 20% ? Oui, très bien, ça va couter quelques milliers d’euros en plus aux clubs qui vont devoir augmenter les cotisations de leurs membres. Les Rixensartois vont sentir la piqure…

Malédiction 4 : explosons les tarifs des garderies dans les écoles communales

Que vois-je ? Les prix payés par les parents pour les garderies dans les écoles communales sont très bas ? Les parents aux revenus modestes pouvaient s’offrir ce service sans déséquilibrer leur budget ? Supprimons vite cet avantage, et rudement : multiplions les tarifs par 3 ou même par 4. Ah mais, ils vont le sentir passer !

Malédiction 5 : faire croire aux habitants qu’ils ne seront pas touchés

Ici, je m’amuse. Ils prétendent vouloir épargner la population et ne pas vouloir augmenter les impôts communaux sur les revenus et l’immobilier ? Je vais les pousser à prendre d’autres mesures, qui frapperont la population, sans dire que ce sont des impôts : augmentation des tarifs pour les documents administratifs à la population, hausse des tarifs pour la piscine et le Complexe sportif, pour les garderies des écoles… Et en plus, contrairement aux impôts communaux, cela touchera relativement plus les pauvres que les riches. Parfait, ça va faire mal mais ils n’y verront que du feu !

Par Philippe Lauwers

 

Cette article vien de La Verte Feuille n° 74, septembre 2014.