03/02/2014

– Allo, monsieur Vanderbecke ?

– Lui-même. A qui.. ?

– C’est le Président, Charles Michel.

– Oh, je ne t’avais pas reconnu, Charlie.

– Pas Charlie, c’est le Président qui te parle, Jean.

– Eeh… bien, Monsieur le président.

– J’ai hésité avant de t’appeler, mais c’est trop grave !

– Il y a de mauvaises nouvelles ?

– Oui, et ça vient de toi, Jean.

– De moi ? Que se passe-t-il ?

– On vient de me montrer ce que tu appelles le bilan de la NAP-MR. C’est pas possible ! 

– Mais, mais…

– Bien sûr tu ne comprends pas. Une erreur, non deux erreurs, trois erreurs. Et peut-être plus.

– Lesquelles, je ne vois pas

– D’abord, première erreur, tu t’es perdu dans le calendrier. Tu fais un bilan comme si les communales avaient lieu le 25 mai. C’est pas cette année, les communales…Tu es un peu perdu Jean, mais pourquoi tes amis les plus divers ne t‘ont rien dit ?

– Caramba, encore raté !

– Quoi ?

– Mais oui, comme ils avaient des avis différents, et surtout peu d’avis fondés, j’ai décidé. C’est moi le bourgmestre, non ? C’est quoi, la deuxième erreur. ?

– Le fameux bilan de la NAP-MR, c’est pas tout à fait celui de la NAP-MR, c’est pour beaucoup celui de l’ancienne majorité, où tes partenaires, les verts comme les rouges, ont fait avancer pas mal de choses. On sentait que même s’il y avait des tensions, vous avanciez , pas toujours dans la joie, mais ça c’est le jeu.

– C’était dur, négocier, arbitrer, tout ça. C’est pour ça que j’ai voulu un seul groupe au collège.

– Comme ça tu ne devais pas arbitrer, négocier et tout ça….

– Ouais…Et la troisième erreur ?

– Justement, elle est dans ton bilan, et dans le ton que tu utilises, sans modestie ni retenue aucune.

– Mais tout ce bilan est bien clair ?

– Oui, mais le ton, Jean, le ton,  As-tu pris le temps de lire le Papier Vert (ou Verte Feuille, je ne sais plus), le toutes-boites des écolos, en 2008 ? Tu verras un autre ton….Non, ne cherche pas, je cite textuellement :  « Il ne s’agit pas de tirer la couverture à soi .Les 3 groupes assument solidairement le bilan de la nouvelle équipe et, en particulier, ce que nous avons voulu appeler « la marque verte », à savoir inscrire la commune dans les chemins du développement durable et solidaire. Cette volonté, même si elle est la raison d’être d’Ecolo, n’en est en rien son monopole et est largement partagée au sein de notre majorité. »(…) « Nous avons aussi le sentiment de n’avoir pas répondu à toutes vos attentes » « Notre vision des choses est biaisée. La vôtre nous intéresse davantage. Elle va nous permettre d’écouter vos critiques, vos remarques mais aussi vos suggestions ». »

– Tu te souviens, maintenant ?

– Bon, bon…On fait quoi alors ?

– Eh bien… ça ne sert à rien de faire paraître un nouveau bilan, le mal est fait (sauf si tu fais ton bilan à toi, ton bilan d’homme politique. Mais je suis un peu dur, là, non ? Non, ce que tu dois faire, c’est prendre en compte les remarques ou les propositions de fond des citoyens.

– Mais je l’ai déjà fait, vous avez vu toutes ces réunions publiques dans les quartiers ?

– En « oubliant » de parler de l’éolien, et tu as même oublié de profiter de l’enquête publique et tu t’es fais sermonner par le public qui croyait que dans le fond tu étais pour les éoliennes. Je rêve…

– Oui, mais le collège est revenu sur l’idée d’une coopérative citoyenne, on n’en veut plus.

– Bien obligé. Et puis les sports. Va pour le hockey, mais c’est vraiment urgent, alors que des sports populaires  n’ont pas de local permanent ?..

– Grrr…Cela commence à bien faire… Encore une leçon, Monsieur le Président ?

– Du calme, Jean, tout ça, c’est pour ton bien. Oui, encore une leçon : c’est la mobilité. Par exemple, suppose que tu tombes en panne près de chez Remue à Rosières . Il n’est pas là. Tu fais quoi ? Il y a bien des arrêts de bus, il y a même les deux lignes : les TEC et De Lijn. Bonjour pour retourner à la maison communale ! Et tu pourrais faire avancer pas mal de choses utiles pour rencontrer les besoins de la population. Mais tu trouveras… tu n’as qu’à écouter, écouter… et entendre. Est-ce que tu as entendu que la population a besoin d’un nouveau commissariat de police. Tu annonces partout et tous les jours que tu ne veux pas augmenter les impôts, mais ce commissariat, franchement pas nécessaire, il va coûter lourd… pourquoi ne pas engager plutôt des éducateurs de rue? Et là, les gens de ta commune verront sur le terrain où va leur argent. Un bâtiment pour la police? non, plutôt des gars près des gares. Il y a combien de temps qu’on en parle ?…Oui bien sûr, tu vas chercher des sous chez les personnes âgées, en souhaitant augmenter les tarifs des locations de la Maison de repos du CPAS. Fais attention quand même, ce sont des électeurs aussi… Oui, il faut faire des choix, lucidement, mais finement aussi : tu sais que le Régie foncière ne peut vivre sans une solide dotation, sinon elle doit interrompre tous ses projets, alors que beaucoup de Rixensartois ont besoin de logement à prix raisonnables.

– J’en ai assez entendu, cher Président…. Mais finalement, pourquoi tu t’ intéresses tellement à Rixensart ?

– T’as pas saisi ? Si le MR de Rixensart donne une image aussi fragile que votre fameux « bilan », le grand MR, celui que je préside, sera à son tour accusé de légèreté. Penses-y et souviens-toi : moi c’est dans trois mois les élections, toi c’est dans presque cinq ans. Allez, Jean, sans rancune…

Enregistrement communiqué par Freespy, le réseau le plus sécurisé d’écoutes téléphoniques.