05/08/2013 

Sous l’impulsion de la Secrétaire d’Etat à l’Asile Maggie De Block, plusieurs structures d’accueil devront fermer leurs portes prochainement. L’argument budgétaire est invoqué pour expliquer cette décision qui fait suite à la baisse du nombre de personnes demandant l’asile. Dans les faits, il s’agit d’une nouvelle atteinte à la qualité du traitement des demandeurs d’asile dans la mesure où l’on compte fermer des places dans les petites structures d’accueil situées dans les communes alors que de l’argent est investi dans un nouveau centre de retour à Holsbeek.

Ecolo rappelle que le Gouvernement Di Rupo a exclu de nombreuses catégories de primo-arrivants du droit à l’Accueil : les Européens, les demandeurs d’asile multiples, les malades en demande de régularisation pendant la phase de recevabilité… multipliant la détresse des familles et des personnes en attente.

Cette situation de baisse des demandes n’est pas sans rappeler la situation de 2005-2006 où le gouvernement avait fermé des centres d’accueil pour, dès 2007, se retrouver dans une situation humanitaire inacceptable avec des centaines de familles de demandeurs d’asile laissées à la rue, hiver comme été.

Il est regrettable de constater aujourd’hui que le projet de la Secrétaire d’état Maggie De Block s’attaque aux structures d’accueil de petites tailles localisées dans les communes alors que celles-ci ont été crées par les pouvoirs locaux suite, notamment, aux menaces du Fédéral. Les communes ont trouvé des logements, les ont mis aux normes, ont engagé et formé du personnel pour encadrer les familles, les demandeurs seuls ou les mineurs. Tous ces efforts, et alors que cette approche permet une meilleure intégration des demandeurs d’asile que dans les grands centres ouverts, sont aujourd’hui balayés d’un revers de la main par la Secrétaire d’Etat.

Parallèlement à la fermeture de ce type de places, Maggie De Block vient d’ouvrir, à grand frais, un nouveau centre de retour à Holsbeek pour les familles. Interrogée au parlement sur le coût de cette ouverture en période de fermeture d’autres centres et de places, elle a refusé de répondre aux parlementaires écologistes.

Pour Ecolo, la conclusion est claire, c’est moins l’objectif budgétaire qui est visé qu’un nouveau durcissement de la politique de l’Asile dans notre pays. Pour les écologistes, la priorité du Gouvernement devrait être d’assurer une politique de l’Accueil à long terme qui garantit la meilleure intégration des demandeurs et le respect des travailleurs des différentes structures. Nous sommes malheureusement loin du compte.