31/05/2013

C’est bien noté, la NAP-MR y va toute seule. Dont acte et bonne chance. Dans sa Déclaration de politique générale, la nouvelle majorité multiplie les projets. Elle dit aussi vouloir l’équilibre budgétaire en 2015. La majorité peut aussi augmenter les centimes additionnels, mais ça fait toujours mauvais genre.

Au CPAS, gros poste de dépenses, il y avait depuis 18 ans 7 membres dans les comités spéciaux – qui décident de l’octroi des aides. Cette représentation est politique et donc,
avec 7 membres, tous les partis pouvaient y être représentés. Pour des raisons d’« efficacité », le nombre de membres a été ramené à 4. Décision unilatérale de la NAP-MR.
Seul Ecolo siège encore. Il faudra voir si le CPAS fonctionne vraiment mieux comme ça.

Moins de dépenses, plus de projets ?

Quoi qu’il en soit du CPAS, cette manière de gouverner nous laisse perplexes. Annoncer une panoplie de projets tout en disant qu’il faut dépenser moins… et préciser que les additionnels – impôt communal proportionnel aux revenus ou au patrimoine immobilier – ne seront augmentés qu’en dernier recours. Si la majorité nous montrait une feuille de route, financière notamment, nous saurions à quoi nous en tenir. Des communes ont licencié du personnel récemment, nous avons un mauvais pressentiment. En ce début de
législature, membres de la majorité sortante et conscients des difficultés du temps présent, nous accordons toutefois le bénéfice du doute.

Bénéfice… et perte

Nous avions à peine rédigé cette appréciation générale que des cas concrets se sont présentés. Au Conseil de mars, nous avons été invités à voter la réduction de certains budgets sociaux, de 80.000 euros. Pour certains budgets de l’enseignement et des bibliothèques, coupe de 120.000 euros. En avril, l’ordre du jour prévoyait la construction d’un terrain de hockey aux Charmettes à Genval et de toutes ses infrastructures.

Facture : 700.000 euros, subventions à hauteur de 75%, frais d’entretien non pris en compte. La demande d’un terrain de hockey est bien réelle depuis une dizaine d’années dans le centre du BW. Nous avons proposé à la NAP-MR, vu le coût pour une seule discipline sportive, de dresser un aperçu des besoins sportifs globaux de la commune. Histoire d’intégrer cette demande récurrente dans un planning des investissements. Notre suggestion a été rejetée sans ménagement. Il ne nous restait plus qu’à nous opposer, non pas au projet d’un terrain de hockey, mais à l’absence d’une vision d’ensemble de la politique sportive dans notre commune – quid du projet de salle polyvalente ?

– La locale

 

Cette article vien de La Verte Feuille n° 71, mai 2013.