30/05/2013

Dans l’histoire de la démolition de la conciergerie des Charmettes (rue du Tilleul à Genval), on ne sait pas ce qui est le plus choquant : démolir le patrimoine communal ou le faire sans en informer la population ?

Nous ne sommes pas d’accord avec cette manière de faire. Nous avons donc pris en charge l’info des riverains – par dépliant et porte-à-porte – et des citoyens – par pétition Internet.
C’était le week-end du 20 mars. Au Conseil communal du 24 mars, nous avons proposé de restaurer le bâtiment, ce qui permettrait de conserver un témoin de notre passé et les fresques réalisées à l’été 1980 par nos enfants sous la conduite de peintres muralistes.

A l’arrière, un nouveau bâtiment serait construit pour répondre aux besoins des associations actives sur le site. On nous dit que la rénovation coûte plus. Peut-être, mais le surcoût serait plus que compensé par l’abaissement de la TVA (21% pour une construction neuve contre 6 % pour une rénovation) et le nouveau bâtiment à construire serait moins
grand.

Nous n’avons pas été suivis malheureusement. Seule concession, le collège envisagerait de maintenir un pan de façade. Il resterait un espoir, celui de l’enquête publique qui devrait
être organisée concernant les travaux. Alors réagissez, contactez les autorités compétentes. Cette maison centenaire fait partie de l’histoire de ce quartier. C’est la dernière de notre
patrimoine genvalois, avec le Beau-Site, la maison communale et le tir à l’arc.

– Anne Mortiaux et Philippe Lauwers, Conseillers communaux

 

Cette article vien de La Verte Feuille n° 71, mai 2013.